Défi 30 jours écriture

Jour 1 : Raconter la vie d’une pomme

Apple, Rouge, Fruit, Fruits, Frais

       Le 1er mars, alors que j’errais sur Twitter, je suis tombée sur un défi merveilleux. Madame Kea Ring proposait un #defi30joursecriture. Parfait pour vaincre mon angoisse de la page blanche ! Alors, avec deux semaines de retard, maintenant que je n’ai plus d’excuse à cause du confinement, je me lance. Jour 1, Raconter la vie d’une pomme !

 

       Comment suis-je arrivée là ? Je ne me souviens de rien avant qu’une main ne me saisisse pour me faire quitter le panier de fruits où j’étais, pour être jetée dans un sac avec quelques vêtements choisis à la va-vite. Je crois qu’il en est ainsi pour toutes les pommes. Notre vie ne commence que la personne qui va nous manger nous touche pour la première fois. Et c’est arrivé. Une grande main noire m’a attrapée. Une main aux ongles beaucoup trop longs pour ne pas bientôt casser, une bague en or au majeur et une minuscule cicatrice en forme de cœur au dos.

       Je me sens très liée à cette main. Elle doit vraiment aimer les pommes. La main s’empare du sac et quitte l’appartement où elle était. Dans mon sac, je ne comprends pas grand-chose. La main est accrochée à son téléphone. Me voici dans un autre appartement. Bien plus petit que le précédent. La main prends un stylo, une calculatrice, mais les pose bientôt et passe plutôt le plus clair de son temps à éplucher des clémentines. Voilà donc à quoi servent ces longs ongles. Le lendemain, je suis à nouveau transportée ailleurs. La main tremble. Elle doit être en partiel, et ça ne se passe pas très bien. J’espère bientôt sortir du sac, parce que je sais que me manger saurait la réconforter. Mais je reste dans le sac. La main refuse une cigarette qu’on lui propose (« allez, ne manque pas l’occasion de devenir Bod ! »). J’aimerais tant pouvoir la détendre.

       La main reste tendue, je sens une certaine appréhension. Pas un deuxième examen j’espère ! Heureusement, non. La main s’agite au rythme d’une musique. Qu’est ce qu’il y a à craindre d’un cours de danse ? La douleur me fait très vite comprendre. La main se saisit d’une barre, tente de se soulever et échoue. Une fois, deux fois, dix fois. Déçue mais pas découragée, elle tente une autre figure. Et réussit, cette fois. Ce n’est pas n’importe quelle danse. La main finit endolorie et moins crispée qu’avant. Je peux encore jouer mon rôle.

       On me sort enfin du sac pour me poser sur une table en bois à côté d’un panier à fruits. Le panier est déjà rempli de clémentines. Mais je ne suis pas seule sur la table. Pâte à tartiner, muesli, graines, bananes, thé, chocolat et paquets de biscuits, c’est un véritable chaos. J’adore ça. Et la main aussi, apparemment. L’appartement est froid, mais la main est totalement desserrée. Elle est enfin détendue, et ce n’est pas grâce à moi. Je pense que les deux autres paires de mains présentes dans la pièce n’y sont pas pour rien. Quand je finis par être mangée, je suis presque déçue. J’ai été inutile. Cette main aime les pommes, et j’aurais pu la réconforter plus tôt dans la journée, mais face à ces quatre mains, je ne fais pas le poids.

1 réflexion au sujet de “Jour 1 : Raconter la vie d’une pomme”

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s